Collectif Tahiti Rock et le Méridien présentent le TAHITI FESTIVAL GUITARE LE MERIDIEN qui se déroulera les 29 février et 1er mars à l'hôtel Méridien de Tahiti. Au programme quelques-uns des meilleurs guitaristes polynésiens et français: Michel Poroi, Florent Atem, Daniel Benoît, Jan Jack Gristi duo (jazz manouche), les frères Guichen (folk celtique), Fred Blondin (guitariste de Johnny Haliday) et Norbert Krief (créateur du groupe Trust). Seront également présents les 10 candidats du concours Tahiti Espoirs Guitare le vendredi 29 février pour les résultats de la demi-finale et le samedi 1er mars pour la grande finale.

JEAN_JAK_GRISTI_DUO_01Le Jan Jack Gristi Duo
Orchestre de Jazz manouche tzigane fondé en 1999 par les cousins et amis guitaristes Jean Jacques Gristi, Dumé Carotenuto et Paul Aiuti. Ont participé aux festivals de Montreux, Juan les Pins, et bien sur Patrimonio et Calvi.
Formés à la guitare par le son de Quilici et Boncili, passionnés par celle de Django Reinhardt, en se laissant parfois tenter par celle de Georges Benson ou de Paco de Lucia, autant d’influences qui se conjuguent à une maîtrise subtile de leur instrument de nomade font que ces musiciens  parlent droit à notre Coeur, que l’on soit né sur les bords de cette mer ou pas. (Photo: DR)

FRERES_GUICHEN_03Les frères Guichen
Fred à l'accordéon, Jean-Charles à la guitare. Voilà 20 ans que ces deux frères nous font rêver, frissonner, danser, suer avec leur musique. Qu'importent les mots, les lieux ou les situations : leur musique laisse rarement indifférent.
Propulsés par l'énorme succès du groupe "Ar Re Yaouank, phénomène musical qui a bouleversé le paysage musical breton dans les années 1990, à l'instar d'Alan Stivell ou Dan Ar Braz en leur temps, Fred et Jean-Charles, issus du monde du Fest-Noz (bal dansant breton), proposent aujourd'hui des compositions qui allient, avec force et conviction, l'authenticité d'une inspiration pétrie de tradition à l'energie des musiques actuelles.
20 ans de scène, des tournées à travers le monde, 9 albums, des centaines de concerts, une envie toujours aussi vive de convaincre le public, font que les frères Guichen sont une référence incontournable de la scène bretonne et folk celtique.
Les Frères Guichen sont les lauréats du "Grand Prix du disque 2008" du quotidien  "Le Télégramme",  pour l'album "Dreams Of Brittany". (Photo: DR)
www.freresguichen.com

NORBERT_KRIEF_02Norbert Krief
Né le 17 juillet 1956, plus connu sous le diminutif de Nono, est un guitariste français de hard rock et de musique de variétés. Norbert Krief a été guitariste animateur au Club Méditerranée avant de devenir le guitariste du groupe Shakin' Street. En 1977, il crée avec Bernie Bonvoisin le groupe Trust, qui a atteint un succès certain entre 1980 et 1983 et s'est ensuite reformé plusieurs fois autour de Bonvoisin et Krief. Entre les dissolutions et les reformations de Trust, Norbert Krief a été, entre autre, guitariste de Johnny Hallyday.
"Nono" a commercialisé une méthode vidéo pour apprendre la guitare (Master class avec Nono), a joué dans l'album " Phase me!" du guitariste Yann Armellino en 1999 et est apparu en septembre 2005 dans l'émission Les Lives du Chatam où il a joué 4 morceaux. Nono a une guitare à son nom. Il s'agit de la guitare Fender Nono Stratocaster. Depuis peu, le constructeur de guitares français LAG, fondé par Michel Chavarria, lui a aussi développé un modèle signature, basé sur la Lag Jet . Cette guitare est équipée de deux micros simples et d'un micro double en position chevalet, et est fabriquée dans le sud de la France. (Photo: DR)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Norbert_Krief

FRED_BLONDIN_01Fred Blondin
En signant chez Tréma pour son premier album, Blondin offre au grand public 10 titres dont un le fera tout de suite entrer dans le métier. Avec Paris aux bords des larmes (dont il compose la musique et co-écrit les paroles avec Marc Strawzynski), il dévoile son talent de guitariste compositeur et celui d'interprète possédant une voix puissante et rauque (rock). Ses premiers pas dans la chanson française le conduiront tout droit vers une nomination aux Victoires de la Musique en 1991.  Qu'il chante l'amour, la liberté, son indignation pour l'injustice ou sa passion pour la mer et les voyages, Fred possède la faculté de poser sa voix aussi bien sur des tempos rapides que lents. Il glisse aisément du Blues au Rock en passant par le Rythm'n Blues allant jusqu'à Convaincre et non pas vaincre en composant un morceau Reggae sur des paroles de Brice Homs pour l'un de ses albums.
La même année, Charlélie Couture propose à Fred "Elle allume les bougies" et "Mickey jaloux".
Ces trois chefs-d'œuvre avec les arrangements façon Blondin figurent sur le même CD : "J'voudrais voir les îles ". Ce dernier titre Fred le chantera dans un Taratata en tant qu'invité de Joe Cocker (émission diffusée le 17 décembre 1996).
Aujourd'hui la liste des auteurs inspirés par Fred n'en finit plus : Guy Carlier, Marc Strawsynski, Julie Daroy, Laurent Chalumeau, G. De Roquefeuil, S.Koechlin, Bernard Droguet, Brice Homs, Charlélie Couture, Patrice Guirao, Jean Fauque, J-P Leroux… Marie-Pierre Quenehen, Philippe Commin, Anse Lazio et Robert Basquin…  On peut y trouver, depuis "L'amour libre", l'artiste lui-même qui écrira cette fois-ci 5 des 14 textes de son dernier CD "Mordre la poussière".
Un album de cet amoureux de la guitare où des guitaristes de renom tels que Norbert Krief (alias Nono), Patrice Boudot-Lamot , Jean-Pierre Buccolo, Louis Bertignac, Michael Jones ont accepté son invitation.
Quand je parle plus haut de talent de guitariste compositeur chez Fred Blondin, il est bon de savoir qu'il avait déjà assuré toutes les parties de guitares sur son album Pour une poussière d'ange. C'est peut-être pour cette raison que, concert après concert, une réelle amitié est née avec ces musiciens, ce qui expliquerait la présence de telles pointures du monde guitaristique. (Yannick Noah prêtera également sa voix pour les chœurs). Mais la reconnaissance des capacités d'auteur-compositeur, interprète et arrangeur de Fred Blondin ne s'arrête pas là, car dans la foulée, Johnny Hallyday lui demandera d'écrire les paroles et la musique de Dis-le moi pour son dernier album A la vie, à la mort... en 2002, le même Johnny Hallyday qui l'avait invité dans les premières parties de sa tournée d'été, après le passage de Fred aux Francofolies en juillet 1966, et celles de la tournée des stades jusqu'en septembre 2000.

FETE_DE_LA_MUSIQUE_2007091jpgFlorent Atem
Originaires de Tahiti, Florent Atem est un musicien très connu sur la scène musicale polynésienne. Pratiquant la guitare depuis 1993, Florent a été de par son style comparé à plusieurs guitaristes de renommée mondiale dont Joe Satriani et Steve Vai, parmi bien d'autres. Il a même récemment eu l'insigne honneur d'être critiqué par un «monstre» américain de la guitare électrique, Michael Angelo, qui n'a pas tari d'éloges sur les talents de guitariste de Florent aussi bien que sur la qualité de ses compositions. Accompagné de sa sœur Carole, Florent a fait une première apparition très remarquée à l'âge de 16 ans lors d'un concert rock (le Toere Rock) organisé en 1996, devant près de 3000 personnes.
En juillet 2002, Carole & Florent se rendent à Hawaii pour quelques prestations aux côtés de Henry Kapono, comme ils le font depuis maintenant quelques années, à la différence près qu'ils sont à présent membres du groupe à part entière. Peu après le concert avec Henry Kapono à Tahiti, Florent reçoit une proposition de John Cuniberti qui n'est autre que le producteur du célèbre guitariste Joe Satriani. Après avoir entendu l'un de ses enregistrements, John Cuniberti décide de travailler sur un projet avec le duo tahitien. Carole & Florent se rendent donc en Californie durant le mois de juillet 2003 et enregistrent quelques titres accompagnés par Jeff Campitelli, batteur de Joe Satriani, et Michael Manring, bassiste renommé originaire de San Francisco. Carole & Florent se rendent à nouveau à Sausalito en août 2004 pour y achever l'enregistrement de l'album, toujours accompagnés par Jeff Campitelli à la batterie mais cette fois-ci par Matt Bissonette à la basse, soit la section rythmique du moment de Joe Satriani. Exclusivement composé de titres originaux instrumentaux comme chantés, Dreamtown est produit par deux producteurs de renommée internationale, John Cuniberti et Bob St John, devient le premier album solo de Florent Atem et donne lieu en juin 2005 à deux soirées à succès durant lesquelles Carole & Florent se produisent à Tahiti en compagnie de Jeff Campitelli et Michael Manring.
En 2006, la compilation de guitare hawaiienne, Hawaiian Slack Key Kings, sortie à Hawaii et sur laquelle figure Florent Atem, est nominée aux Grammy Awards dans la catégorie "Musique Hawaiienne". Heureuse coïncidence, parmi les cinq nominés figure également Henry Kapono, dont Carole et Florent avaient intégré la formation ces dernières années. En recevant cette nomination aux côtés d'autres grands noms de la musique hawaiienne tels que Jack Johnson ou Ledward Ka'apana du groupe Hui Ohana, bien connu du public polynésien, Florent Atem devient le premier tahitien à inscrire son nom à la liste des nominés pour la prestigieuse récompense musicale américaine.

DANIEL_BENOITDaniel Benoit
Daniel Benoit est l’un des rares Polynésiens à vivre de sa musique et ce depuis près de 40 ans. Guitare électrique, guitare acoustique, Daniel benoit est l’un des meilleurs guitaristes du Fenua. Discret on le connaît peu, mais son doigté est connu de tous les noctambules qui aiment Papeete by night. Pour la première fois, il formera un trio avec Michel Poroi et Florent Atem. Du spectacle en perspectives...

FETE_DE_LA_MUSIQUE_2007076jpgMichel Poroi
Michel Poroi a plus de trente ans de carrière derrière lui et une dizaine d’albums à son actif. Sa mère l’inscrit à l’école de musique de Sainte Amélie à 9 ans et lui offre sa première guitare à 11 ans. Premières armes avec des copains de Taravao “Chez Eric et Poulet”, boîte de nuit branchée de la Presqu’île. En 1979, il se produit pour la première fois sur scène avec le groupe “Toriki”, tendance jazz-rock., puis joue avec le Tropiquartet qui tourne dans les boîte de nuit de Tahiti.
En 1981, il rencontre Jean-Marie Chansin qui va devenir son producteur et le propulser sur le devant de la scène. Michel enregistre ainsi son premier album: “Hotu”. Dès lors, il joue avec les plus grands, en concert avec Michel Escoudé, Bobby Holcomb, et fait l’ouverture du concert de Alpha Blondy en 1988. Viendra l’époque de Trial Basis, plus rock.  En 2001 Michel Poroi retrouve son compère de « Trial Basis » Hendry Cowan et Kevin Lapenia. Depuis la formation s’est un peu modifiée, Hendry est parti, Gino est arrivé à la basse, Sébastien aux percussions et la très belle voix de Kaipolani les accompagne.